Un peu, beaucoup, à la folie

Moi, ma vie, mon oeuvre... Whaou, tout un programme! Arf!

23 mai 2007

Phalaenopsis

Quand je lis tous ces blogs de filles qui arrivent à faire de leur vie quotidienne un vrai roman, je me dis qu'elles ont soit une vie ultra passionnante pleine d'aventures en tout genre, même que ça ferait d'elles de bonnes héroïnes de film; soit un talent d'écriture inné qui leur permet de sublimer chaque instant, même insignifiant, et d'en faire un délice pour leurs lecteurs. Bref, et donc moi, je les envie, dans les deux cas.

Mais en faisant un peu d'efforts, je vais peut-être finir par trouver quelque chose d'intéressant dans ma pauvre et misérable vie, et arriver à en faire un beau post. Mais ça risque pas d'être pour tout de suite.
En attendant, je continue dans les conneries, c'est encore un domaine que je maîtrise à peu près, les conneries!

Tiens d'ailleurs, le dernier truc misérable qui m'est arrivé: Dimanche matin, je me lève et je te bouscule, tu ne te réveilles pas, comme d'habitude, je fais un peu de ménage, j'ouvre la fenêtre dans la pièce qui me sert de bureau/chambre des chiens/pièce de rangement, et qu'est-ce que je vois sur le rebord de ladite fenêtre? Non, pas un charmant petit nid de mésanges. Non, pas une lettre d'un admirateur secret (d'ailleurs, au troisième, il aurait du mal à déposer une lettre mon admirateur secret. A moins que ce soit Spiderman. Mais là, il n'a aucune chance, vu mon degré avancé d'arachnophobie aiguë et incontrôlable.). Non, pas de la neige, on est au mois de Mai, vous suivez ou quoi? En fait, j'ai trouvé... du vomi. o_O

Oui, parfaitement, du vomi. Qui visiblement venait de plus haut, et qui forcément, avec la gravité et l'élan, avait giclé partout, tapissant consciencieusement le rebord de la fenêtre et les carreaux. Slurp, dès le matin.
Bon, pas trop le temps d'aller gueuler auprès du propriétaire du vomi, puisqu'on doit partir à Gougnotland. Tant pis, ça attendra.

En rentrant le soir, en étudiant bien la façade de l'immeuble, ma Femelle remarque que la peau de renard ne peut venir que du 5ème étage, étant donné que le rebord de fenêtre du 4ème est tapissé aussi, et qu'il n'y a que 5 étages dans la résidence. Du coup, le coupable s'est trahi tout seul, on le tient, l'idiot (et gros dégueulasse par la même occasion)! Mais on a remis l'entrevue avec le fameux voisin à plus tard, à cause que quand on est entrées dans l'appart, une odeur infecte a fait ressurgir dans nos esprits que nous étions les heureuses propriétaires d'un Dalmatien actuellement diarrhétique, et qu'on allait devoir sortir sopalin, produit moquette et l'artillerie lourde. Mais je vous passerai les détails, du vomi, c'est déjà bien suffisant pour un pauvre post qui n'avait rien demandé à personne. (Ma vie est trépidante, je vous l'accorde!)

Revenons à nos moutons, le déroulement temporel nous amène à Lundi, 14h, moment auquel je punaise sur le tableau en liège dans le hall de la résidence une note qui racontait à peu près ceci: "Il serait fort sympathique de la part des locataires de l'appartement 48 de cesser de vomir à travers leur fenêtre, éclaboussant par là-même les rebords et les vitres de leurs voisins du dessous. Parce qu'à nettoyer, c'est vraiment pas terrible! Merci!! Les locataires de l'appartement 32". Comme ça tout le monde est au courant que ces gens sont des gros dégueulasses (ou alors très généreux puisqu'ils n'hésitent pas à partager leurs spaghettis bolognaise pré-mâchés et pré-digérés avec leurs voisins du dessous.), niark niark, moi y en a être diabolique.
En rentrant à 18h15, mon petit mot est toujours sur le panneau, rien n'a été rajouté. Bon, j'attends qu'on se manifeste.
21h30, je sors les toutoutes pour le petit pissou (et tout ce qui va avec, je vous rappelle l'état de santé de mon Dalmatien...), le mot a disparu! Ah ah! Alors, Vomito, on s'est tapé la chouffe de sa vie? Tout le monde est au courant qu'on s'adonne à des pratiques gastriques peu avouables? Et on est tellement courageux qu'on retire le mot sans même venir s'excuser? Pfff.

Mais, retournement de situation. Ouh là, suspense dans mon récit!
18h30, mardi, je rentre du boulot (hé ho hé ho hé ho hé ho hé ho diraient les sept sarkozy nains), et je trouve sur le pas de ma porte une boîte de célébrations, une orchidée et un gentil petit mot d'excuses de la part du monsieur du 5ème étage, qui m'explique que ses invités ne savent pas se tenir! Fichtre, bigre et sacrebleu, j'en attendais pas autant! Je dirais même que je suis un peu confuse d'avoir râlé après lui comme une mégère... Va falloir que j'aille le voir pour le remercier, quand même, ça se fait! Et puis si ça se trouve, il est mignon, sa copine aussi, et on pourrait s'amuser un peu tous les 4 ... oh c'est bon, on se calme!

Quoi qu'il en soit, me voilà détentrice d'une Phalaenopsis très jolie, mais à l'espérance de vie limitée étant donné le milieu hostile dans lequel elle a débarqué. Si jamais quelqu'un a des infos sur les soins à apporter à ce genre de plante, qu'il se manifeste, il fera une bonne action, et sauvera peut-être une ravissante orchidée d'une mort probable...

Photo de la condamnée:

102_4124

Posté par o0o lullaby o0o à 12:05 - oO° Ma vie °Oo - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    La classe atomique, demande à bichon, c la naine verte (oup's désolé, mais elle etait facile celle la)

    Posté par nathalie, 23 mai 2007 à 17:18
  • réaction UNE : morte de rire
    réaction DEUX : je t'annonce que tu fais bien parti de ces blogeuz qui savent sublimer les choses banales de leur vie
    réaction TROIS : c'est limite orgasmique quand on lit !

    Merci pour le fou rire !

    Posté par ketelle, 23 mai 2007 à 17:42
  • Allez Ketelle, avoue que t'avais ta sucette dans la culotte...!

    Posté par Lullaby, 23 mai 2007 à 17:49
  • mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !!! meuh non, même pas vrai ! N'empeche que le mélange peut être pas mal !
    Lullaby : le nouveau viagra des femmes

    Posté par ketelle, 23 mai 2007 à 18:06
  • Mon homme a beau râler auprès des voisins du dessus à cause des mégots qui polluent régulièrement notre terrasse enchanteresse, on n'a jamais reçu l'ombre d'une orchidée...

    Posté par Pitou G., 24 mai 2007 à 18:41

Poster un commentaire